Blog
Comment rédiger le meilleur rapport social media ?

Comment rédiger le meilleur rapport social media ?

Vous avez passé de longues heures à travailler sur votre dernière campagne social media, et ça y est : le jour J du lancement est arrivé ! Et maintenant ? Il est temps de faire valoir vos résultats en interne. Montrez à vos managers ce que vous avez accompli à l’aide de rapports complets documentant la performance de votre campagne. Voici comment bien rédiger un rapport social media.

Les médias sociaux font maintenant partie intégrale des stratégies de marketing digital, et pourtant, de nombreux professionnels du secteur éprouvent toujours des difficultés à démontrer la performance de leurs campagnes à travers leurs rapports. Il est vrai qu’il est facile de se perdre dans les chiffres et de ne pas parvenir à faire remonter les informations les plus pertinentes pour votre chef, votre équipe et vos clients.

Dans ce guide, je vous propose d’explorer les éléments essentiels à incorporer dans vos rapports/livrables, ainsi que les outils de reporting disponibles et les meilleures façons de présenter vos informations. BONUS : vous aurez également accès à trois rapports modèles pour vous donner de l’inspiration !

Téléchargez nos 3 exemples de rapports !

N.B. Les données utilisées dans ces rapports modèles sont hypothétiques.

Table des matières

Pourquoi avez-vous besoin de rapports web et réseaux sociaux ?

N’assumez jamais que vos managers savent tout ce que vous savez sur le marketing et la sphère digitale. C’est à vous de les éduquer et de démontrer la valeur de votre travail et de celui de votre équipe. Vous devrez pouvoir expliquer ce que vous faites, et pourquoi, ainsi qu’indiquer les objectifs que vous avez atteints, et le budget dépensé pour y arriver.

Voici quelques bonnes raisons de rédiger des rapports social media efficaces :

  • Mesurez le ROI de vos campagnes pour pouvoir démontrer leur valeur et leur impact.
  • Montrez à vos clients la façon dont leurs comptes évoluent sur les réseaux sociaux.
  • Identifiez vos succès tout comme vos échecs afin de pouvoir optimiser vos initiatives futures dans tous les sens du terme.
  • Gagnez du temps grâce à des rapports social media automatisés, en utilisant des vidéos, des images et des commentaires pour les rendre plus facile à comprendre et à mémoriser.

Le fait de continuellement évaluer la performance de votre stratégie et de vos différents canaux vous aidera à identifier ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas, en identifiant par exemple les plateformes les plus fréquentées par votre audience cible, ainsi que les contenus les plus performants sur celles-ci. Grâce à ces livrables, vous pourrez partager vos initiatives les plus réussies avec d’autres départements et démontrer la valeur du travail de votre équipe.

Simulated report - market impact of social channels

Dans cette slide de rapport, on compare l’efficacité de la communication de trois grandes marques concurrentes sur différents canaux. N.B. Les données utilisées sont hypothétiques.

3 exemples de rapports pour vous inspirer !

7 questions à vous poser pour créer un bon rapport sur vos activités marketing

Tout est dans les détails – qui, quoi, comment, pourquoi…

Etape 1 : quels sont les destinataires du rapport ?

Qui sont les personnes qui vont recevoir vos rapports ? Les cadres supérieurs, les équipes commericales, ou en charge du marketing ou de la relation client ?

Chaque équipe a ses propres objectifs, et manque généralement de temps pour lire tous les documents qu’elle reçoit. Pour des rapports plus efficaces, gardez les besoins des destinataires en tête et restez direct et concis.

Etape 2 : quels sont vos objectifs du rapport ?

Quels sont les objectifs que vous voulez atteindre à l’aide de vos rapports ? En fonction de ceux-ci, la fréquence de votre reporting peut grandement varier :

- Des rapports réguliers visant à suivre les progrès d’une marque ou d’un produit sur le web et les réseaux sociaux et qui peuvent également incorporer des éléments de veille concurrentielle.

- Des rapports ponctuels pour suivre le lancement d’une campagne, d’un évènement ou d’un produit, qui se concentrent généralement sur des métriques de base et une analyse qualitative de la situation.

- Des rapports de recherche cherchant à explorer ou à identifier de nouvelles tendances à l’aide de l’écoute du web et des réseaux sociaux.

Etape 3 : à quelles questions voulez-vous répondre ?

Quel que soit le type de rapport que vous rédigez, vous devez répondre à une ou plusieurs questions précises. Afin de mieux les définir, gardez en tête la méthode SMART (Spécifique, Mesurable, Acceptable, Réaliste et Temporellement défini).

Dans le cas d’un bilan de campagne par exemple, vous pourriez vouloir savoir combien de conversations ont été généré auprès de votre audience cible.

Un rapport de recherche pourrait vouloir à une question de type : à quelles valeurs sont sensibles les hommes de 40 ans quand ils achètent leurs vêtements ?

Etape 4 : quels indicateurs prendre en compte ?

Ce n’est pas parce que vous avez la possibilité d’ajouter de nouveaux indicateurs dans vos rapports que vous devez forcément le faire. Rappelez-vous de rester aussi direct et concis que possible, non seulement pour le bien de vos collègues qui ont un temps limité pour lire vos rapports, mais aussi pour votre propre bien-être : le plus d’indicateurs vous intégrerez à vos rapports, le plus de temps cette tâche vous prendra.

Ce que vous allez mesurer doit dépendre des informations dont vous avez besoin et des canaux que vous utilisez. Essayez d’éviter de créer trop de métriques personnalisées qu’il vous faudra calculer à chaque fois, à moins qu’ils aient une réelle valeur ajoutée.

Mesurez les indicateurs qui vous aideront à prendre de meilleures décisions stratégiques. Voici une liste non-exhaustive des métriques qui pourraient être présentes dans vos rapports :

  • Les leads – ou son équivalent francophone, les prospects, c’est-à-dire les visiteurs qui pourraient devenir des clients. Les leads issus du web et des réseaux sociaux peuvent être directement connectés aux revenus de l’entreprise. Il est donc important de pouvoir identifier ceux que vous générez grâce à votre contenu protégé, vos évènements, vos concours, vos formulaires en ligne, etc.

Conseil : utilisez des liens traçables pour identifier les leads générés et pouvoir déterminer si ceux-ci deviennent des clients.

  • Le taux de conversion – le taux d’efficacité d’un formulaire ou d’une page donnée pour convertir un visiteur en lead qualifié.
  • La portée et les impressions – le nombre de personnes qui voient potentiellement vos publications. Pour un influenceur sur Twitter par exemple, sa portée est égale à la taille de la communauté de ce dernier. Quand on parle d’impressions par contre, il s’agit du nombre de fois où votre contenu a été affiché, qu’il ait été cliqué ou non.
  • Le volume de résultats – le nombre de fois où votre marque, vos produits ou vos mots-clés ont été discutés sur le web et les réseaux sociaux.
  • L’engagement – il s’agit d’un indicateur visant à mesurer la pertinence de votre contenu en comptant toutes les façons dont les internautes interagissent avec celui-ci (retweets, partages, likes, commentaires, etc.). Il vous permettra de détecter vos publications les plus performantes et d’identifier les stratégies gagnantes et perdantes sur chaque canal.
  • Les caractéristiques de votre audience – qui participe aux conversations autour de votre marque ? Quels sont les personnes les plus actives ou les plus influentes ? Quelles sont leurs caractéristiques démographiques ? Vous pourrez ainsi montrer à vos clients ou à votre direction que vous vous adressez aux bonnes personnes en matière de langues, de genre, de centres d’intérêts, de professions…
  • La fréquence et le type de contenu – suivez la fréquence à laquelle vous publiez du contenu lors d’une période donnée (chaque semaine, chaque mois), ainsi que le type de contenu publié (vidéo, image, texte, etc.).
  • La bounce rate – terme anglophone faisant référence au pourcentage de visiteurs quittant votre site après n’avoir visionné qu’une seule page. Comparez cet indicateur pour les différents canaux d’acquisition de votre site (direct, social, organique, etc.). Imaginons qu’il soit moins élevé pour les réseaux sociaux que pour les autres canaux : cela vous permettra de démontrer à votre manager que vous attirez sur le site de l’entreprise des prospects intéressés par votre message, et donc avec plus de valeur potentielle pour cette dernière.
  • La part de voix – grâce à cet indicateur, vous pourrez comparer combien les consommateurs parlent de votre marque comparé à vos concurrents directs.

Google Analytics screenshot

Google Analytics - des insights aux décisions stratégiques

Au-delà des indicateurs, pensez également à rapidement présenter vos conclusions, ou en tout cas les leçons à retenir. Nous vous recommandons également d’ajouter en début de présentation un sommaire exécutif reprenant vos meilleures réalisations du mois en cinq points rapides, par exemple.

Pensez également à être constant, et à utiliser les mêmes indicateurs pour des rapports consécutifs, afin de pouvoir suivre l’évolution de votre performance et de ne pas mélanger les choux et les carottes.

Etape 5 : quels outils de reporting choisir ?

Une fois vos objectifs clarifiés, vous pourrez mieux choisir les meilleurs outils pour vous accompagner dans votre travail. Pour ne pas perdre de temps, vous devrez certainement vous limiter à une ou deux solutions en fonction des informations dont vous avez besoin. Le plus d’outils vous utiliserez, le plus difficile il vous sera de rassembler et de donner du sens à toutes ces informations.

Etape 6 : question de timing

Des rapports quotidiens, hebdomadaires, mensuels ou même ponctuels pour faire le bilan d’une campagne… Il existe de nombreuses possibilités !

Si vous préparez un rapport sur votre dernière campagne, n’oubliez pas de poser des objectifs avant le début de celle-ci, afin de pouvoir juger de votre succès.

Vous pouvez également préparer des rapports mensuels sur la performance de votre stratégie de contenu, en y incluant des choses comme le nombre de sessions, de pages vues, d’objectifs complétés, le « bounce rate », le nombre de leads, les téléchargements… Si vous visez des mots-clés spécifiques, vous pouvez également ajouter les classements de votre site avant et après la publication d’un article. Grâce à ces informations, vous pourrez identifier les pics d’activité et les tendances qui ont dominé le mois, et mieux analyser ce qui fonctionne auprès de votre audience.

Etape 7 : comment présenter votre rapport ?

Utilisez des graphiques, des cartes de viralité, des nuages de mots, des exemples de publications engageantes – ces éléments sont nécessaires pour rendre votre rapport plus clair, et le rendre plus attrayant au niveau visuel. Le cerveau humain comprend plus facilement des images, et a plus de chance de retenir les informations qui lui sont présentées visuellement. Ajoutez toutefois une courte description qui explique exactement ce qu’ils voient, ainsi que les conclusions à en tirer.

Selection of graphics for social media report

N’oubliez pas également de mettre les choses dans leur contexte – votre manager risque de prendre peur s’il voit une multitude de tweets négatifs, mais que vous n’avez pas mentionné que ceux-ci ne représentent que 2% des publications liées à votre marque.

Soyez prêts à :

  • Apprendre de ce qui s’est passé pour planifier le futur – utilisez les données de l’année dernière pour fixer les bons objectifs.
  • Soyez bref – ne perdez pas de temps sur les choses qui n’auront pas d’impact sur vos objectifs.
  • Comprenez ce que vous disent vos données – ne faites pas de liste de chiffre, mais racontez une histoire.
  • Soyez franc – apprenez de vos succès comme de vos échecs. Ne mentez pas au sujet de vos résultats, et soyez prêt à adresser immédiatement les causes de tout résultat négatif.
  • Utilisez les données pour prendre de meilleures décisions.

Téléchargez nos 3 exemples de rapports !

Les différents types de rapports social media

Rapport quotidien

Ce type de rapport est utilisé par les équipes en charge des réseaux sociaux pour tout changement au jour le jour – les pics inhabituels, les mentions négatives, etc. Ils veulent en savoir la cause, et quelle action prendre en conséquence. Une gestion efficace des réseaux sociaux implique de pouvoir surveiller en temps réel ce qui est publiée au sujet de votre marque, de vos produits ou de vos services. Tout problème doit être pris en charge immédiatement.

Quelques questions à se poser au cours de la rédaction du rapport :

  • Pourquoi ai-je gagné ou perdu des abonnés ? S’agit-il de la bonne audience ? Exemple : vous avez gagné 500 followers en 24 heures, mais vous vous rendez compte que c’est suite à un tweet sur Justin Bieber qui a attiré une volée de faux comptes.
  • Qu’en est-il des interactions générées par mes publications ?
  • Y a-t-il des nouveaux influenceurs que je devrais contacter ?
  • Quelle est la performance des hashtags que j’utilise ?
  • Comment la perception de ma marque évolue-t-elle sur base l’analyse de sentiment ?
  • Que font mes concurrents, et comment ma performance se compare-t-elle à la leur ?

A l’aide de la Talkwalker Quick Search, j’ai analysé trois mois de mentions de la marque Coca-Cola Light. On constate que les mentions sont en grande majorité négatives, tout particulièrement suite à un pic vers le bas datant de janvier.

Quick Search sentiment analysis of Diet Coke

En allant plus loin dans l’analyse, on découvre que cette négativité est le résultat d’une association malheureuse pour la marque entre le Coca-Cola Light et le président américain Donald Trump. Cette dernière n’est pas attaquée directement, mais doit cependant être capable d’identifier ce problème pour pouvoir l’adresser au plus vite.

Si vous voulez en savoir plus sur le potentiel de l’analyse de sentiment pour protéger votre marque, lisez notre guide pratique sur l’analyse de sentiment.

Rapport ponctuel pour faire le bilan d’une campagne

Les campagnes marketing réussies peuvent avoir un impact important sur la croissance d’une organisation. Arrivez-vous à mesurer cet impact ? Il est temps que vous puissiez démontrer la valeur de vos initiatives et de celles de votre équipe.

Une campagne ponctuelle a un message précis qu’elle veut faire passer et vise à accomplir un objectif spécifique, qu’il s’agisse de conversions ou de génération de revenus. Vous devez donc être en mesurer d’évaluer le ROI de votre campagne. Suivez les interactions générés par celle-ci, et identifiez les opportunités qui en sont ressorties.

Quelques questions auxquelles vous devez répondre dans votre rapport :

  • Quel a été l’impact de la campagne ?
  • Les objectifs prédéfinis ont-ils été atteints ?
  • Combien de trafic la campagne a-t-elle généré ?
  • Combien de leads la campagne a-t-elle généré ?
  • Quel a été le taux d’engagement de l’audience ?
  • Combien de revenus peuvent-être directement liés à la campagne ?
  • Quelle a été la performance de cette campagne par rapport à des initiatives passées ?

Vous devrez également surveiller les résultats de vos publicités, ainsi que l’évolution du budget qui leur est alloué, afin d’optimiser leur performance.

  • Facebook ads : fréquence, portée, clics, impressions
  • Twitter ads : taux de clic, portée, clics uniques, coût par retweet, coût par abonné, budget
  • LinkedIn ads : clicks, j’aime, impressions, engagement, abonnés

Les métriques à surveiller pour améliorer vos campagnes futures :

  • Quelles sont les landing pages avec le plus haut taux de conversion ? (et pourquoi ?)
  • Quels ont été les articles les plus performants ?
  • Quels ont été les emails les plus ouverts ?
  • Quels ont été les messages les plus porteurs sur les réseaux sociaux ?

Rapport mensuel

Vous pouvez soit le faire sur 28 jours pour avoir un nombre constant pour tous les mois de l’année, ou partir sur une base de 31 jours. Votre manager utilisera ce rapport pour comparer votre performance sur différentes périodes. Gardez l’œil ouvert pour tout pic d’activité ou ralentissement. Est-ce le début d’une tendance ou un évènement exceptionnel ? Cela déterminera si vous devez adapter votre stratégie en conséquence.

Pensez à comparer :

  • Ce mois-ci avec le précédent
  • Ce mois-ci avec le même mois l’année dernière
  • L’évolution de vos KPIs (acquisition, conversion, engagement, rétention, etc).

Quelques conseils :

  • Concentrez-vous sur 3 à 5 indicateurs de performance au maximum
  • N’ajoutez aucune donnée à votre rapport que vous ne pourrez pas expliquer en détails
  • Utilisez des visuels pour mettre en valeur des tendances ou des progrès
  • Faites la connexion entre vos résultats et les objectifs commerciaux de l’organisation

Rapport trimestriel

Votre rapport trimestriel (90 jours) permettra de maximiser la performance de votre équipe marketing. L’objectif est de mesurer la réussite de votre stratégie, et de tirer des leçons pour obtenir encore plus de résultats lors du trimestre suivant.

Quelques éléments à inclure :

  • Stratégie actuelle, objectifs et points de mire - ce que vos campagnes visent à accomplir en lien avec les objectifs commerciaux de votre organisation.
  • Progrès par rapport aux objectifs définis – où se situe votre équipe par rapport aux chiffres qui ont été fixés ?
  • Ce qui (n’)a (pas) fonctionné – quelles ont été vos réussites et vos échecs, et pourquoi ?
  • Problèmes – qu’est-ce qui vous a empêché d’accomplir vos objectifs ? Quelles seront les améliorations mises en place en réaction ? Qui s’en occupera ? Comment suivrez-vous l’évolution de la situation et mesurerez les résultats de votre action ?
  • Insights – qu’avez-vous appris qui vous permettra d’améliorer votre stratégie marketing ?
  • Quelles données partagerez-vous avec le reste de l’organisation pour permettre d’améliorer la performance de cette dernière ? Exemple : des retours des clients venant du web et des réseaux sociaux partagés avec les services commerciaux et en charge de la relation client.
  • Prochaines étapes : plan d’action avec définition des différents roles et responsabilités, mise en place des deadlines.

CTA social media report examples